Atlas Halieutique
Les transitions
en Île-de-France
Les situations avant la formation
La formation
Les parcours après la formation
 

    LES SITUATIONS AVANT LA FORMATION

    • Les bénéficiaires sont issus principalement de deux domaines : « Commerce, vente" et « Transport, manutention, magasinage"
    • 73 % des salariés se concentrent sur 20 domaines principaux de formation
    • Les formations dans les domaines du transport, de la santé et du travail social sont les plus fréquentes
    • L’entrée en formation : une démarche offensive (à l’initiative du salarié) pour 7 salariés sur 10
    • Des transitions externes visées par 78 % des bénéficiaires d’un CIF en Île-de-France

    LES PARCOURS APRÈS LA FORMATION

    • 45 % des bénéficiaires de CIF ont réalisé leur transition
    • 40 % des salariés sont encore en cours de transition
    • 80 % des bénéficiaires sont en poste
    • Près de 7 personnes sur 10 ont changé de poste
    • 92 % des personnes qui ont changé de poste après la formation ont observé une évolution favorable d'au moins un aspect de leur travail
    • 6 salariés sur 10 ayant repris leur ancien poste sont à la recherche d'un autre emploi
    • Une sécurisation professionnelle pour 37 % des CIF CDD

    Au 1er février 2017, on dispose d'informations sur :
    1. Le profil des bénéficiaires sortis de formation dans cette région en 2014 et 2015. Ce sont des personnes qui ont été financées au titre d'un CIF CDI, d'un CIF CDD ou d'une formation hors temps de travail (FHTT).
    2. Le parcours des bénéficiaires sortis de formation dans cette région en 2014 et 2015 : ces données proviennent d'une enquête réalisée par l'OTP, au fil de l'eau, mois par mois, un an après la fin de la formation (voir le questionnaire). Ont été interrogés, les salariés ayant indiqué une adresse mail dans leur dossier.

Les situations avant la formation


En Île-de-France, 16 428 salariés ont terminé une formation dans le cadre d'un CIF en 2014 et 2015.

Deux domaines d'emploi d'origine des salariés

Comme pour l'ensemble des régions, ces salariés proviennent de domaines d’emploi relativement variés. Néanmoins, deux grands domaines d’emploi se distinguent, parce qu’ils regroupent un peu plus du tiers des bénéficiaires de CIF (figure 2) :
- 19 % des salariés sont issus du domaine "Commerce, vente" ; ils exercent des métiers tels que « vendeur non spécialisé" ;
- 15 % des salariés proviennent du domaine "Transport, manutention, magasinage". On retrouve par exemple des personnes exerçant le métier de « magasinier qualifié".
Ces deux principaux domaines d’origine des salariés sont communs à quasiment l'ensemble des régions. L’examen des données régionales disponibles sur le sujet montre que le commerce est le 3ème secteur le plus fréquent en Île-de-France en 2013 ; il regroupe 12 % des salariés franciliens. Quant au secteur du transport, il arrive en 6ème position à l’échelle de la région, avec un peu plus de 6 % de salariés (Structure de l’emploi par secteur d’activité en IDF).

9 % des bénéficiaires de CIF proviennent du domaine de l’accueil, de l’hôtellerie et du tourisme. Avec 32 millions de touristes reçus en 2013 (Chiffres du Comité Régional du tourisme) le secteur du tourisme représente un atout pour l’économie de la région et génère de nombreux emplois, dans l’hôtellerie notamment.


Avant leur entrée en formation, 87 % des salariés bénéficiaient d’un contrat à durée indéterminée (figure 3), ce qui est semblable à la situation des actifs d’Île-de-France, puisque 80 % d’entre eux sont en CDI en 2011 (L'emploi en Île-de-France).

Enfin, les 10 métiers d’origine les plus exercés concentrent 26 % des bénéficiaires d’un CIF en Île-de-France (figure 4). Il est à noter que le métier le plus souvent exercé par les bénéficiaires franciliens avant la formation est le métier d’agent civil de sécurité et de surveillance.

Figure 2 : Les 15 principaux domaines d'emploi occupés avant la formation (en %)



Figure 3 : Les contrats de travail avant la formation (en %)


Figure 4 : Les 10 principaux métiers exercés avant la formation

La formation

01. LE DOMAINE DE LA FORMATION

Le transport, la santé et le travail social privilégiés par les bénéficiaires de CIF

De façon générale, les domaines de formation privilégiés par les salariés d’Île-de-France sont conformes à la répartition constatée pour l’ensemble des régions (figure 5).

Le domaine du "Transport, manutention, magasinage" de niveau VI est le premier domaine de formation privilégié par les salariés. Il représente 10 % des choix des bénéficiaires franciliens de CIF. Parmi les certifications concernées, on retrouve dans ce domaine des formations telles que les CACES, le certificat de capacité professionnelle (CCP) qui permet d’exercer la profession de taxi ou encore les permis poids lourds, formations pour lesquelles le Fongecif Île-de-France a toujours été fortement sollicité. En deuxième et troisième position, interviennent les domaines du travail social et de la santé de niveau V. Ils regroupent respectivement 7 % et 6 % des bénéficiaires de CIF.

Figure 5 : Les 20 principaux domaines de formation suivis

02. LE CHOIX DE LA FORMATION

Un changement de métier choisi par 2 salariés sur 3 ...

L’examen des motivations à s’engager en formation montre que pour 64 % des salariés franciliens, le souhait premier est de changer de métier. Par ailleurs, en Île-de-France, un peu plus d’une personne sur trois a suivi une formation dans l’idée d’évoluer dans son emploi (35 %, + 3 points par rapport à l’ensemble) (figure 6, plusieurs réponses possibles).
Globalement, ce sont donc les démarches offensives, c’est-à-dire choisies par les bénéficiaires de leur propre initiative, qui sont les plus fréquentes en Île-de-France, comme au niveau national.

... Mais qui est aussi parfois subi

Malgré cela, il est à noter que 31 % des salariés se trouvent dans une position défensive, c’est-à-dire qu’ils se sont engagés en formation pour anticiper un départ de l’entreprise (26 %), ou pour faire face à un problème de santé (5 %).

Figure 6 : Les motivations à suivre une formation


Figure 7 : La transition souhaitée
(comparaison du domaine de l'emploi exercé
et du domaine de la formation choisie) (en %)

4 salariés sur 5 souhaitent changer de domaine

78 % des salariés se sont inscrits dans une transition professionnelle externe1, c’est-à-dire qu’ils ont fait le choix de s’orienter vers un domaine de formation différent de leur domaine d’emploi initial. Pour autant, cette volonté de changement de domaine ne s'accompagne pas toujours d'une montée en qualification.
Contrairement à eux, 22 % des salariés ont effectué une transition interne1 et ont souhaité se former dans leur domaine d’emploi d’origine. Ces bénéficiaires s’inscrivent dans une démarche de montée en qualification ou d’acquisition de compétences transverses de même niveau.

1 Voir guide de lecture de la figure 7
  

03. LA REUSSITE DE LA FORMATION

Très forte réussite du diplôme

92 % des bénéficiaires d’un CIF en Île-de-France ont obtenu le titre, le diplôme ou la certification délivré en fin de parcours (figure 8). En revanche, 4 % des salariés ont abandonné en cours de formation ou ne se sont pas présentés à l’examen final.

Figure 8 : La réussite de la formation (en %)

Les parcours après la formation

01. LA REALISATION DES TRANSITIONS UN AN APRES LA FORMATION


En Île-de-France, 11490 salariés ayant terminé une formation en 2014 et 2015 ont été interrogés et 6468 salariés ont répondu à l'enquête (taux de réponse de 56 %).

Une transition réalisée pour 45 % des bénéficiaires de CIF franciliens

Un an après la fin de leur CIF, 45 % des salariés ont réalisé leur transition, c’est-à-dire qu’ils occupent un emploi en lien avec la formation qu’ils ont suivie (figure 9). Ce résultat est semblable aux observations effectuées au niveau national.
Dans le détail, les résultats font apparaître une insertion élevée pour les salariés franciliens qui se sont formés dans le domaine "Santé" de niveau V, puisque 59 % d’entre eux ont réalisé leur transition (figure 11). Ce constat, déjà mis en valeur par ailleurs (OTP, 2013), n’est pas surprenant compte tenu de l’importance de l’examen pour l’accès à l’emploi dans ce domaine notamment.

59 % des personnes ayant réalisé leur transition sont en CDI

Selon les individus, les objectifs de la transition professionnelle peuvent être différents en matière de contrat de travail. En Île-de-France, parmi les personnes ayant réalisé leur transition, 59 % bénéficient d’un contrat à durée indéterminée un an après la fin de leur formation (+ 8 points par rapport à l’ensemble des régions) (figure 10). Dans le même temps, 28 % se trouvent soit en CDD, soit en intérim.

Deux personnes sur cinq encore en cours de transition professionnelle

Au moment de l’enquête, 40 % des personnes sont toujours en cours de réalisation de leur transition professionnelle en Île-de-France (+ 4 points par rapport à l’ensemble). Ces personnes poursuivent leur recherche d’un emploi dans le domaine de la formation qu’elles ont suivie. En revanche, 15 % ont abandonné leur projet de transition, pour des raisons personnelles ou professionnelles.

Figure 9 : La réalisation de la transition (en %)

Figure 10 : TRANSITION REALISEE : Les nouveaux contrats (en %)

 
Figure 11 : La réalisation de la transition pour les principaux domaines de formation

Focus sur les créations d'entreprise

Parmi l’ensemble des bénéficiaires d’un CIF en Île-de-France, près de 11 % ont pu monter un projet de création d'entreprise grâce à la formation (projet soit abouti, soit toujours en cours). Parmi eux, 66 % sont en cours de transition, et 34 % ont réalisé leur transition. A titre de comparaison, le taux francilien de création d’entreprise s’élève à 15 % en 2014.

02. LES SITUATIONS UN AN APRES LA FORMATION

80 % des bénéficiaires de CIF sont en poste

En Île-de-France, un an après la formation, 80 % des bénéficiaires d’un CIF sont en poste. Ce chiffre est identique aux observations effectuées pour l'ensemble des régions.
Parmi ces personnes, 67 % ont un nouveau poste un an après leur formation, dont 12 % au sein de leur entreprise. Elles sont 55 % à avoir changé d'entreprise après la formation (figure 12). Quant aux personnes qui ne sont pas en poste au moment de l’enquête, elles sont 52 % à être à la recherche d’un emploi. 13 % sont en congé longue durée.
Enfin, 33 % des bénéficiaires sont retournés à leur poste d’origine.

Figure 12 : Les changements d'entreprise et de poste (en %)


Figure 13 : NOUVEAU POSTE
Le lien avec la formation (en %)

92 % des bénéficiaires de CIF occupent un nouvel emploi en lien avec la formation

Dans 9 cas sur 10, les postes occupés par les bénéficiaires d’un CIF sont en lien avec la formation suivie.
Parmi les personnes ayant changé de poste, 92 % ont observé une évolution favorable d'au moins un aspect de leur travail. Ces personnes déclarent avoir connu une amélioration de l’intérêt de leur travail à hauteur de 80 %. 74 % déclarent voir leurs compétences mieux reconnues grâce à la formation (figure 14, plusieurs réponses possibles).

  
Figure 14 : NOUVEAU POSTE
Les améliorations constatées (en %)

Retour au poste initial : une recherche d’emploi qui se poursuit pour 6 salariés sur 10

Un an après la fin de la formation, 33 % des bénéficiaires de CIF sont retournés à leur poste initial. Parmi eux, 63 % recherchent un autre emploi afin de concrétiser leur projet professionnel (+ 8 points par rapport à l’ensemble des bénéficiaires), et 10 % sont en cours de création d’entreprise.
Au total, 73 % sont retournées de façon temporaire dans leur poste initial, en attendant de concrétiser leur projet (figure 15).
En revanche, 27 % des personnes retournées à leur ancien poste ont arrêté leurs recherches et s’inscrivent donc dans une situation durable. Il convient de noter ici que certains bénéficiaires ne souhaitaient pas changer de métier lors de leur entrée en formation, mais plutôt améliorer leurs compétences, ce qui peut expliquer l’arrêt de leurs recherches. L’enquête CREDOC réalisée par le Fongecif Île-de-France auprès des sortants de CIF-CDI en 2012 révèle ainsi que 14 % des bénéficiaires ne souhaitaient pas changer de métier à l’issue de la formation.
Enfin, parmi les personnes ayant repris leur poste, 6 sur 10 n’ont pas constaté d’améliorations (figure 16).

Figure 15 : RETOUR AU POSTE INITIAL
La situation actuelle (en %)


Figure 16 : RETOUR AU POSTE INITIAL
Les améliorations constatées (en %)

03. LES EVOLUTIONS PAR RAPPORT A LA SITUATION INITIALE

Deux critères objectifs (comparaison possible avant et après la formation) ont été retenus pour mesurer l'impact de la formation sur la nouvelle activité des bénéficiaires :

- le niveau de qualification
- la situation contractuelle

  
Figure 17 : Variation du niveau de
qualification obtenu après la formation (en %)

Près d’une personne sur deux accède à un niveau de qualification supérieur

En Île-de-France, un an après leur formation :
- 42 % des bénéficiaires de CIF ont pu accéder à un niveau de qualification supérieur à l’issue de la formation (+ 5 points par rapport à l’ensemble des régions),
- 30 % des bénéficiaires ont conservé le même niveau de qualification,
- 28 % des bénéficiaires ont visé une formation d'un niveau inférieur à leur niveau initial. Cette situation peut notamment être observée dans le cas de transitions externes (cf. guide de lecture de la Figure 7)
(figure 17).
Néanmoins, la variation du niveau de qualification entre l’entrée et la sortie de formation a peu d’impact sur la réalisation de la transition (figure 18). Ainsi, le taux de réalisation de la transition en Île-de-France est compris entre 47 % et 49 %, et ce, quelle que soit la variation du niveau de qualification.

  
Figure 18 : Taux de réalisation de la transition selon
la variation du niveau de qualification obtenue après la formation

Une sécurisation professionnelle effective pour 37 % des CIF CDD

L’examen de l’évolution de la situation contractuelle des salariés un an après un CIF est à rapprocher des objectifs de la transition professionnelle, qui sont variables en matière de contrat de travail. Aussi, certains salariés peuvent rechercher une embauche en CDI afin de sécuriser leur parcours, tandis que d’autres, inscrits dans une démarche de reconversion, prennent le risque d’un passage par une situation contractuelle moins stable (CDD, intérim).

En Île-de-France, 37 % des personnes, qui étaient en recherche d'emploi ou en fin de CDD au début de leur formation, ont vu leur situation professionnelle se sécuriser soit par une embauche en CDI (32 %), soit par une création d'entreprise (5 %) (+ 6 points par rapport à l’ensemble). A l’inverse, la situation précaire perdure pour 50 % de ces personnes qui sont de nouveau, un an après la formation, en CDD ou sans emploi (figure 20).

Enfin, parmi les personnes qui étaient en CDI avant leur entrée en formation, 60 % le sont toujours, tandis que 25 % se retrouvent dans une situation contractuelle moins favorable, mais qui peut être temporaire (14 % en CDD ou intérim et 11 % au chômage) (figure 19).

Figure 19 : Evolution contractuelle des
personnes ayant bénéficié d'un CIF CDI (en %)

Figure 20 : Evolution contractuelle des
personnes ayant bénéficié d'un CIF CDD (en %)

  

En savoir plus

LIENS UTILES

Fongecif Île-de-France
CARIF Ile de France : Défi métiers
Pole Emploi Ile de France
Etude : L’impact du CIF sur le parcours professionnel des franciliens

  

Fiche Ile-de-France
Mise à jour : Février 2017
Directeur de la publication : Elham Vanhems (Responsable du pôle Marketing et Communication).