Atlas Halieutique
Technologies industrielles, Ingénierie, Qualité, ...
(Niveau I à III)
Ils souhaitent devenir ingénieurs, manager dans la qualité ...
Les formations
Les situations avant la formation
Les parcours après la formation
 

    LES SITUATIONS AVANT LA FORMATION

    • 65 % de formations de niveau I
    • 46 % de formations pour devenir ingénieur
    • Un tiers des bénéficiaires viennent du domaine "Mécanique générale et de précision, usinage"
    • 84 % des bénéficiaires visent une formation supérieure à leur niveau de diplôme.
    • 74 % d'hommes

    LES PARCOURS APRÈS LA FORMATION

  • 63 % des personnes réalisent leur transition professionnelle
  • Taux élevé de CDI pour les personnes ayant réalisé leur transition : 80 %
  • Fort taux de changement de poste au sein de l'entreprise
  • Changer de poste : un salaire et des reponsabilité plus satisfaisant


  • La population du domaine de formation

      Dans cette fiche domaine, nous disposons d'informations sur :

    1. Le profil des bénéficiaires sortis de ce domaine de formation entre juin 2013 et décembre 2015. Ce sont des personnes qui ont été financées au titre d'un CIF CDI, d'un CIF CDD ou d'une formation hors temps de travail (FHTT).

    2. Le parcours des bénéficiaires sortis de ce domaine de formation entre juin 2013 et décembre 2015 : ces données sont enrichies progressivement, au fur et à mesure des retours de l'enquête administrée par l'OTP (un an après la fin de la formation). Ont été interrogés, les salariés ayant indiqué une adresse mail dans leur dossier (voir le questionnaire).

Les formations

Principalement des formations de niveau I

Entre juin 2013 et décembre 2015, 482 personnes ont terminé une formation de niveau I à III (niveau supérieur au bac) dans le domaine "Technologies industrielles".

Dans ce domaine, on compte plus d'une centaine de formations différentes. Deux tiers des formations sont de niveau I, 24 % de niveau II et 11 % de niveau III. On observe ainsi une grande diversité de certification : Licence professionnelle (11 %), Master I ou II (15 %), Diplôme d'ingénieur (46 %), ... Les diplômes d'ingénieurs sont de plusieurs sortes et portent souvent le nom de l'école dans laquelle ils sont préparés. Outre les diplômes d'ingénieur généraliste ou d'ingénieur génie industriel, on trouve des ingénieurs CESI (Centre des Études Supérieures Industrielles), des ingénieurs ICAM (Institut Catholique d’Arts et Métiers), des ingénieurs ITII (Institut des Techniques d'Ingénieur de l'Industrie).
Quels que soient le niveau de la formation ou la certification préparée, dans ce domaine 21 % des certifications portent sur les normes qualité (QHSE : Qualité, Hygiène, Sécurité, Environnement). C'est un domaine d'expertise technique contrôlant les aspects liés aux risques professionnels au sein de l'entreprise afin de conduire à un système de management intégré. À ce titre, le chargé QHSE est chargé de veiller à la sécurité du personnel, à sa formation en matière de prévention, aux respects des normes, et à la fiabilité des installations dans l'entreprise.

Les 5 intitulés de formation ci-dessous (figure 1) concentrent 45 % de l'ensemble des bénéficiaires du domaine. Mais, à lui seul, le diplôme Ingénieur génie industriel représente 1 formation financée dans ce domaine sur 5.

Figure 1 : Les 5 principaux intitulés de formation

 

Dans ce domaine, les formations sont longues. Elles durent en moyenne 1300 heures, mais cette durée moyenne varie fortement selon les certifications visées. Elle est plus longue (environ 1550 heures) pour les diplômes d'ingénieur QUE pour les Master (1000 heures) ou les licences pro (1100 heures). La durée moyenne des stages en entreprise est d'environ 400 heures (500 heures pour les licences professionnelles).

96 % des salariés qui ont suivi une formation dans ce domaine ont obtenu le titre demandé (figure 3). Le taux de réussite est total pour les Licences professionnelles (100 %) et pour la formation Responsable qualité sécurité environnement. Il est plus faible pour les Master (94 %) et les titres d'ingénieurs (95 %).

 
Figure 2 : La durée des formations (en %)


Figure 3 : La réussite des formations (en %)

Les situations avant la formation

Une formation pour se spécialiser ou évoluer dans l'emploi

Le domaine "Technologies industrielles" est un domaine généraliste et non pas un domaine d'emploi spécifique. La totalité des bénéficiaires proviennent donc d'un domaine d'emploi différent, mais exerçaient souvent des métiers plutôt proches. Un tiers proviennent notamment du domaine "Mécanique générale et de précision, usinage" et travaillaient donc déjà dans le domaine industriel. . Ce sont des personnes qui étaient par exemple employés en tant que "Techniciens de fabrication et de contrôle-qualité" ou en tant que "Dessinateurs en construction mécanique" ...
8 % provenaient du domaine du "Commerce, vente" et 6 % du "Secrétariat, bureautique".

Le domaine d'emploi d'origine varie selon les certifications visées. Ainsi 56 % des bénéficiaires de la formation ingénieur génie industriel proviennent du domaine "Mécanique générale et de précision, usinage", alors que c'est le cas de seulement 14 % des personnes qui se forment dans la qualité. Ces dernières proviennent plus souvent du domaine "Secrétariat, bureautique" (14%) et "Management et direction d'entreprise" (13 %).

Quel que soit le domaine d'origine, plus de 90 % des bénéficiaires étaient en CDI dans leur poste. Concernant leur motivation à entreprendre une formation, 60 % des bénéficiaires souhaitaient se former pour évoluer dans leur emploi et 50 % pour changer de métier.

Figure 4 : Les 10 principaux domaines d'emploi des bénéficiaires avant la formation


Figure 5 : Les 10 principaux métiers exercés par les bénéficiaires avant la formation

Figure 6 : Le niveau d'études initiales (en %)

Des formations pour élever son niveau de qualification

La majorité des bénéficiaires (84 %) d'une formation de niveau I à III dans le domaine "Technologies industrielles" possédait déjà au moins un diplôme de niveau I à III avant d'entrer en formation. 13 % étaient titulaires d'un diplôme de niveau IV

Dans ce domaine, regroupant majoritairement des formations de niveau I, 84 % des bénéficiaires visent une formation supérieure à leur niveau de diplôme.

Parmi les titulaires d'un diplôme de niveau II, 85 % s'engagent dans une formation de niveau I. 96 % des titulaires d'un diplôme de niveau III s'orientent vers une formation supérieure à leur niveau de qualification.

 

Des différences sexuées au sein des formations et selon le domaine d'emploi d'origine

Le domaine de formation est plutôt masculin : il regroupe 74 % d'hommes et 26 % de femmes. Mais des différences s'observent selon les certifications visées :

  • les formations d'Ingénieur sont très masculine (89 % d'hommes) tandis que les Master et les licences pros sont plus féminines (respectivement 37 % et 43 % de femmes)
  • quelle que soit le type de certification, les formations en qualité sont majoritairement féminines (55 %).

Les bénéficiaires de ces formations ont en moyenne 35 ans et 13 ans de vie active au début de leur formation.

Les parcours après la formation

01. LES SITUATIONS UN AN APRES LA FORMATION DE L'ENSEMBLE DES BENEFICIAIRES

Un an après la formation, près de 9 personnes sur 10 sont en poste

Un an après la fin de la formation, 89 % des bénéficiaires de ce domaine de formation sont en poste. Ce taux monte à 95 % pour les diplômés "Ingénieur génie civil". Ils étaient 90 % dans ce cas avant la formation. Parmi les personnes qui ne sont en pas en poste, 75 % sont à la recherche d'un emploi et 14 % sont de retour en formation.

Un an après la formation, 69 % des bénéficiaires sont en CDI (+ 17 points par rapport à l'ensemble des formations) et 15 % sont en CDD. Ces taux varient selon la situation professionnelle observée avant la formation.

Figure 7 : Evolution contractuelle des
personnes ayant bénéficié d'un CIF CDI (en %)

Figure 8 : Evolution contractuelle des
personnes ayant bénéficié d'un CIF CDD (en %)

 

02. LA REALISATION DES TRANSITIONS UN AN APRES LA FORMATION

Taux de réalisation et de CDI élevés

Un an après la fin de leur formation, 63 % des bénéficiaires d'une formation de niveau I à III dans le domaine "Technologies industrielles" ont réalisé leur transition professionnelle : ils occupent un nouvel emploi en lien avec leur formation (figure 9). C'est 16 points de plus que pour l'ensemble des bénéficiaires

La réalisation des transitions un an après la formation varie selon le domaine d'emploi d'origine et un peu moins selon la certification visée :

  • le taux de réalisation est plus élevé pour les bénéficiaires issus des domaines "Commerce, vente" (75 %) et "Management, direction d'entreprise" (67 %) que pour ceux issus des domaines "Mécanique générale et de précision" (56 %) ou "Secrétariat, bureautique" (50 %);
  • le taux de réalisation est globalement identique quel que soit le type de certification visée : 63 % pour les licences pro, 64 % pour les diplômes d'ingénieur et 67 % pour les masters ;
  • en revanche, le taux de réalisation n'est pas le même selon les spécialités du diplôme d'ingénieur : il est de 69 % pour les ingénieurs génie industriel et de 79 % pour les ingénieurs ICAM, contre seulement 41 % pour les ingénieurs CESI.

Parmi les personnes ayant réalisé leur transition, la grande majorité (80 %) est en CDI dans le nouveau poste (53 % pour l'ensemble des bénéficiaires d’une formation). Seulement 18 % sont en CDD ou en contrat intérim. Le taux de CDI monte à 91 % pour les diplômés ingénieur génie industriel alors qu'il est de seulement 67 % pour les bénéficiaires d'une formation dans la qualité.

27 % des bénéficiaires sont toujours en cours de transition et seulement 10 % ont abandonné leur parcours de transition (- 5 points par rapport à l'ensemble des domaines).

Figure 9 : La réalisation de la transition (en %)

Figure 10 : TRANSITION REALISEE - Les nouveaux contrats (en %)

 

03. LES EVOLUTIONS DE POSTE UN AN APRES LA FORMATION

Des changements de poste au sein de l'entreprise fréquents

Figure 11 : Les changements d'entreprise et de poste
selon le type de transition (en %)

Dans ce domaine de formation, on trouve uniquement de salariés en transition externe. 80 % des bénéficiaires d'une formation dans ce domaine ont changé de poste après leur formation, soit par un changement d'entreprise (46 %), soit au sein de leur entreprise (34 %). C'est 11 points de plus que pour l'ensemble des bénéficiaires. Le changement de poste au sein de l'entreprise est plus fréquent après une formation dans ce domaine, plus spécifiquement après une formation d'ingénieur (41 %).
22 % déclarent avoir repris le poste qu'ils occupaient avant leur formation (32 % pour l'ensemble des formations).

 

Changer de poste : un salaire et des responsabilités plus satisfaisants

92 % des personnes qui ont changé de poste après leur formation observent une, voire plusieurs, évolutions favorables dans leur travail. L'amélioration du salaire est marquée pour ces bénéficiaires. Ils sont 59 % à souligner cette progression, soit 11 points de plus que pour l'ensemble des bénéficiaires d’une formation en CIF (figure 12). 75 % des personnes sont également plus satisfaites de leurs nouvelles responsabilités (+ 9 points). A l'opposé, de par le type des postes occupés, la satisfaction vis à vis du temps de travail apparait logiquement moins marquée (34 %, - 16 points).

Figure 12 : NOUVEAU POSTE
Les améliorations constatées (en %)

Reprendre son poste initial : une situation temporaire pour moins de 8 personnes sur 10

22 % des bénéficiaires sont de retour dans leur poste initial un an après la fin de leur formation. Pour 18 % ce retour au poste initial semble définitif puisqu'ils ne cherchent pas à changer de situation (- 15 points par rapport à l'ensemble des formations). A l'inverse, 75 % des personnes dans ce cas sont actuellement à la recherche d'un autre emploi (figure 13).

Parmi ces personnes, ayant repris leur ancien poste, 45 % ont tout de même constaté au moins une amélioration de leur poste suite à leur formation.

Figure 13 : RETOUR AU POSTE INITIAL
La situation actuelle (en %)


Figure 14 : RETOUR AU POSTE INITIAL
Les améliorations constatées (en %)

En savoir plus

TEMOIGNAGES

LIENS UTILES

Société des ingénieurs et scientifiques de France
 

Fiche Technologies industrielles fondamentales (Niveau I à III)
Validée le : 27/10/2017