Atlas Halieutique
Enseignement, formation
(Niveau I à III)
Ils souhaitent devenir formateurs, enseignants ...
Les formations
Les situations avant la formation
Les parcours après la formation
 

    LES SITUATIONS AVANT LA FORMATION

    • Des types de certifications multiples, principalement de niveau II ou III
    • 8 bénéficiaires sur 10 souhaitent se reconvertir
    • Une élévation du niveau de qualification pour 6 bénéficiaires sur 10

    LES PARCOURS APRÈS LA FORMATION

    • 49 % des personnes réalisent leur transition professionnelle
    • Taux élevé de CDI pour les personnes ayant réalisé leur transition : 47 %
    • Un retour au poste 44% des bénéficiaires déjà issus du domaine
    • Changer de poste : une forte évolution de l'intérêt au travail
    • Reprendre son poste initial : une situation temporaire pour 6 personnes sur 10


    La population du domaine de formation

      Dans cette fiche domaine, nous disposons d'informations sur :

    1. Le profil des bénéficiaires sortis de ce domaine de formation entre juin 2013 et décembre 2015. Ce sont des personnes qui ont été financées au titre d'un CIF CDI, d'un CIF CDD ou d'une formation hors temps de travail (FHTT).

    2. Le parcours des bénéficiaires sortis de ce domaine de formation entre juin 2013 et décembre 2015 : ces données sont enrichies progressivement, au fur et à mesure des retours de l'enquête administrée par l'OTP (un an après la fin de la formation). Ont été interrogés, les salariés ayant indiqué une adresse mail dans leur dossier (voir le questionnaire).

Les formations

2 % des bénéficiaires d'un CIF se forment dans le domaine "Enseignement, formation" (niveau I à III)

Entre juin 2013 et décembre 2015, 1173 personnes ont terminé une formation de niveau I à III (niveau supérieur au bac) dans le domaine "Enseignement, formation" dans le cadre d'un CIF. Les formations dans ce domaine sont suivies par 2 % des bénéficiaires d'un CIF.

Les 5 principaux intitulés de formation (figure 1) concentrent 65 % de l'ensemble des bénéficiaires du domaine. Dans ce domaine, on observe une grande diversité de formations. On en compte plus d'une centaine : 51 % sont de niveau III, 31 % sont de niveau II et 18 % de niveau I. Les certifications visées sont donc également variées : Diplôme d'Etat (DE), Master I ou II, Licence professionnelle, ... Mais le TP Formateur professionnel d'adultes représente, à lui seul, un tiers des formations financées dans ce domaine.

Figure 1 : Les 5 principaux intitulés de formation

Le Master Métiers de l'Enseignement, de l'Education et de la formation (MEEF)

Le master MEEF se décline en 4 mentions différentes formant chacune à une profession, voire à plusieurs.

  • Master MEEF 1er degré (professeur des écoles)
  • Master MEEF 2nd degré (enseignants du secondaire : professeurs en collège et lycée général, professionnel ou technologique dans une ou plusieurs disciplines et les professeurs-documentalistes)
  • Master MEEF encadrement éducatif (conseiller principal d'éducation)
  • Master MEEF pratiques et ingénierie de la formation (formateur de formateurs ou de professionnels, responsable et coordinateur pédagogique, consultant en formation, chefs de projets, animateurs territoriaux, etc.)

Les Master préparant au concours des 1er et 2nd degrés ont été regroupés en un seul intitulé. Ces deux mentions comptabilisent 16 % des bénéficiaires du domaine, soit 186 salariés entre juin 2013 et décembre 2015. Les bénéficiaires des autres mentions sont peu nombreux : une dizaine de salariés entre juin 2013 et décembre 2015.

Le Brevet d'Aptitude à la Formation des Moniteurs (BAFM)

Le brevet d'aptitude à la formation des moniteurs (BAFM) est un diplôme d'état obligatoire pour enseigner dans les centres de formation des moniteurs d'auto-école.

Comme pour le BEPECASER, renseigné dans la fiche "Enseignement de la conduite" (Niveau IV), pour entrer en formation et passer les épreuves d'admission, les candidats doivent auparavant avoir réussi les épreuves d'admissibilité.

Le Diplôme d'Aptitude à l'Enseignement du Français Langue Etrangère (DAEFLE)

Le diplôme d'aptitude à l'enseignement du français langue étrangère s'adresse à toute personne se préparant à enseigner ou enseignant le français un public non francophone en France ou à l'étranger.

Pour y postuler, il est nécessaire d'être titulaire d'un baccalauréat ou d'un diplôme équivalent.

 

Dans ce domaine, les formations durent en moyenne 800 heures, mais cette durée moyenne varie fortement selon les certifications visées. Elle est plus longue (environ 1050 heures) pour les TP et plus courte pour les Licences professionnelles (820 heures) ou Master I ou II (800 heures). De manière plus spécifique, les formations au diplôme d'aptitude à l'enseignement en Français langue étrangère (DAEFLE) durent en moyenne 350 heures et celles au brevet d'aptitude à la formation des moniteurs (BAFM), 400 heures.
La durée moyenne des stages en entreprise est d'environ 200 heures.

87 % des salariés qui ont suivi une formation dans ce domaine ont réussi l'examen (figure 3). C'est 5 points de moins par rapport à l'ensemble des domaines. Le taux de réussite est plus élévé pour le TP Formateur professionnel d'adultes (91 %) et plus faible pour le DAEFLE (66 %). Le taux de réussite aux masters MEEF se situe dans la moyenne du domaine (88 %).

 
Figure 2 : La durée des formations (en %)


Figure 3 : La réussite des formations (en %)

Les situations avant la formation

Près de 8 bénéficiaires sur 10 souhaitent se reconvertir

23 % des salariés qui ont choisi de se former dans le domaine "Enseignement, formation" travaillaient déjà dans le même domaine (figure 4). Ils ont ainsi effectué une transition interne. Ce sont par exemple des formateurs de formation continue ou aides-éducateurs des établissements d'enseignement. Près d'un tiers d'entre eux (31 %) ont suivi une formation dans le but d'acquérir un BAFM : ce sont essentiellement des moniteurs d'école de conduite souhaitant devenir formateur des enseignants de la conduite. Seuls 15 % des salariés en transition interne ont suivi une formation de TP formateur professionnel d'adulte. Quand on questionne leur motivation à entreprendre une formation, 73 % des salariés en transition interne répondent souhaiter évoluer dans leur emploi et 44 % désirent s'enrichir personnellement.

A l'inverse, 77 % des bénéficiaires de ce type de formation sont originaires d'un domaine d'emploi différent (commerce, vente, transport, hôtellerie ...) : ils ont effectué une transition externe. Quatre sur dix (41 %) ont suivi une formation TP formateur professionnel d'adulte et 17 % se sont dirigés vers un Master MEEF 1er ou 2nd degré. Concernant leurs motivations, 73 % des salariés en transition externe font part de leur souhait de changer de métier.

Figure 4 : Les 10 principaux domaines d'emploi des bénéficiaires avant la formation


Figure 5 : Les 10 principaux métiers exercés par les bénéficiaires avant la formation

Figure 6 : Le niveau d'études initiales (en %)

Une élévation du niveau de qualification pour 6 bénéficiaires sur 10

La quasi-totalité des bénéficiaires d'une formation de niveau I à III dans le domaine "Enseignement, formation" possédait au moins un diplôme de niveau IV (type bac) avant d'entrer en formation. Les deux tiers (65 %) sont titulaires d'un diplôme de niveau de I à III.

Dans ce domaine, regroupant des formations de niveau I à III, 60 % des bénéficiaires visent une formation supérieure à leur niveau de diplôme.

Parmi les titulaires d'un diplôme de niveau II, 39 % s'engagent dans une formation de niveau I. 49 % des bénéficiaires titulaires d'un diplôme de niveau III s'orientent vers une formation d'un niveau supérieur à leur niveau de qualification.

 

Des formations féminisées et des bénéficiaires plus âgés que la moyenne

Ces formations sont suivies par 37 % d'hommes et 63 % de femmes. Mais des différences s'observent selon le diplôme visé :

  • le Master MEEF 1er ou 2nd degré compte plus de femmes (à 73 %) que le DU Formateur d'adultes (69 %) ;
  • les formations de TP Formateur professionnel d'adultes et dans le but d'acquérir un BAFM sont mixtes (respectivement 53 % et 46 % sont des femmes) ;
  • 63 % des hommes s'orientent vers une formation de niveau III, contre 44 % des femmes ;
  • 21 % des femmes s'orientent vers une formation de niveau I, contre 13 % des hommes.

Les bénéficiaires de ces formations sont plus âgés que l'ensemble des bénéficiaires d'un CIF : ils ont en moyenne 40 ans et 18 ans de vie active au début de leur formation.

Les parcours après la formation

01. LES SITUATIONS UN AN APRES LA FORMATION DE L'ENSEMBLE DES BENEFICIAIRES

Un taux d'emploi élevé : Plus de 8 personnes sur 10 sont en poste

Un an après la fin de la formation, 81 % des bénéficiaires de ce domaine de formation sont en poste. Ils étaient 77 % dans ce cas avant la formation. Parmi les personnes qui ne sont en pas en poste, 57 % sont à la recherche d'un emploi et 14 % sont de retour en formation.

Un an après la formation, seuls 48 % des bénéficiaires sont en CDI et 23 % sont en CDD. Ces taux varient selon la situation professionnelle observée avant la formation.

Figure 7 : Evolution contractuelle des
personnes ayant bénéficié d'un CIF CDI (en %)

Figure 8 : Evolution contractuelle des
personnes ayant bénéficié d'un CIF CDD (en %)

 

02. LA REALISATION DES TRANSITIONS UN AN APRES LA FORMATION

Fort taux de réalisation de la transition pour le Master MEEF

Un an après la fin de leur formation, 49 % des bénéficiaires d'une formation de niveau I à III dans le domaine "Enseignement, formation" ont réalisé leur transition professionnelle : ils occupent un nouvel emploi en lien avec leur formation (figure 9).

La réalisation des transitions un an après la formation varie selon le métier d'origine et les certifications visées :

  • le taux de réalisation est plus élevé pour les bénéficiaires en transition externe (51 %) que ceux en transition interne (44 %) ;
  • les bénéficiaires d'un master MEEF réalisent plus souvent leur transition (71 %) que les bénéficiaires d'un TP Formateur professionnel d'adultes (44 %) ou d'un DU Formateur d'adultes (47 %). Les taux de réalisation de la transition sont très faibles pour le BAFM (23 %) et le DAEFLE (21 %), à cause d'un faible taux de réussite au diplôme.

Parmi les personnes ayant réalisé leur transition, 48 % sont en CDI dans leur nouveau poste et 36 % sont en CDD ou en contrat intérim. Ces personnes exercent par exemple des emplois de formateur ou d'enseignant.

33 % des bénéficiaires sont toujours en cours de transition et 18 % ont abandonné leur parcours de transition.

Figure 9 : La réalisation de la transition (en %)

Figure 10 : TRANSITION REALISEE - Les nouveaux contrats (en %)

 

03. LES EVOLUTIONS DE POSTE UN AN APRES LA FORMATION

Un retour au poste pour la moitié des bénéficiaires issus du domaine

Globalement, 70 % des bénéficiaires d'une formation dans ce domaine ont changé de poste après leur formation, soit par un changement d'entreprise (60 %), soit au sein de leur entreprise (10 %). 30 % déclarent avoir repris leur ancien poste.

Figure 11 : Les changements d'entreprise et de poste
selon le type de transition (en %)

Le retour au poste initial est beaucoup moins fréquent pour les salariés issus d'un domaine différent (27 %) que pour les salariés déjà issus du domaine (44 %).

 

Changer de poste : une forte évolution de l'intérêt au travail

95 % des personnes qui ont changé de poste après leur formation observent une, voire plusieurs, évolutions favorables dans leur travail. Pour ces salariés, les améliorations sont particulièrement marquées sur quatre aspects : l'intérêt du travail (85 % le trouvent plus satisfaisant, + 6 points par rapport à l'ensemble des bénéficiaires d'un CIF), le temps de travail (53 %, + 3 points), les responsabilités (67 %) et la reconnaissance des compétences (74 %) (figure 12).

96 % des nouveaux postes occupés sont en lien avec la formation suivie.

Figure 12 : NOUVEAU POSTE
Les améliorations constatées (en %)

Reprendre son poste initial : une situation temporaire pour 6 personnes sur 10

30 % des bénéficiaires sont de retour dans leur poste initial un an après la fin de leur formation. Les salariés en transition interne sont plus nombreux dans ce cas que les salariés en transition externe. Pour 38 % ce retour au poste initial semble définitif puisqu'ils ne cherchent pas à changer de situation. A l'inverse, 52 % des personnes dans ce cas sont actuellement à la recherche d'un autre emploi (figure 13).

47 % des bénéficiaires ont observé une, ou plusieurs, évolutions favorables de leur poste de travail (+ 6 points par rapport à l'ensemble). Ces évolutions s'observent notamment en termes d'intérêt du travail et de reconnaissance des compétences.

Figure 13 : RETOUR AU POSTE INITIAL
La situation actuelle (en %)


Figure 14 : RETOUR AU POSTE INITIAL
Les améliorations constatées (en %)

En savoir plus

TEMOIGNAGES

LIENS UTILES

Devenir enseignant

 

Fiche Enseignement, formation (Niveau I à III)
Validée le : 07/04/2017