Atlas Halieutique
Enseignement de la conduite
(Niveau IV)
Ils sont devenus moniteurs de conduite ...
Les formations
Les situations avant la formation
Les parcours après la formation
 

    LES SITUATIONS AVANT LA FORMATION

    • Un domaine concentré sur des formations pour devenir formateur en conduite
    • Taux de réussite au diplôme plus faible que dans les autres domaines de formation
    • 8 bénéficiaires sur 10 dans une démarche de reconversion
    • 45 % des bénéficiaires avaient un niveau IV avant d'entrer en formation

    LES PARCOURS APRÈS LA FORMATION

    • 50 % des personnes réalisent leur transition professionnelle
    • Taux élevé de CDI pour les personnes ayant réalisé leur transition : 72 %
    • 25 % ont abandonné leur parcours de transition
    • Stabilisation de l'emploi pour les bénéficiaires d'un CIF CDD
    • Changement de poste : des évolutions favorables sur de nombreux aspects du poste

    BEPECASER

    • 36 % des bénéficiaires viennent du domaine "Transport, manutention, magasinage" : ils sont conducteurs routiers, conducteurs livreurs, ...
    • 50 % des personnes réalisent leur transition un an après la fin de la formation
    • 73 % des personnes ayant réalisé leur transition sont en CDI
    • 29 % des personnes sont de retour dans leur poste initial


    La population du domaine de formation

      Dans cette fiche domaine, nous disposons d'informations sur :

    1. Le profil des bénéficiaires sortis de ce domaine de formation entre juin 2013 et décembre 2015. Ce sont des personnes qui ont été financées au titre d'un CIF CDI, d'un CIF CDD ou d'une formation hors temps de travail (FHTT).

    2. Le parcours des bénéficiaires sortis de ce domaine de formation entre juin 2013 et décembre 2015 : ces données sont enrichies progressivement, au fur et à mesure des retours de l'enquête administrée par l'OTP (un an après la fin de la formation). Ont été interrogés, les salariés ayant indiqué une adresse mail dans leur dossier (voir le questionnaire).

Les formations

2 % des bénéficiaires d'un CIF dans le domaine "Enseignement de la conduite" (niveau IV)

Entre juin 2013 et décembre 2015, 1387 personnes terminaient une formation de niveau IV dans le domaine "Enseignement, formation". Les formations dans ce domaine sont suivies par 2 % des bénéficiaires d'un CIF.

Dans ce domaine, les formations correspondent exclusivement à des formations d'enseignement de la conduite, que ce soit automobile, routière ou en sureté aérienne. Environ 95 % des bénéficiaires se concentrent sur le Brevet pour l’exercice de l’enseignement de la conduite automobile et de la sécurité routière (BEPECASER).

Le BEPECASER est le diplôme dont tout enseignant de la conduite doit être titulaire pour former les conducteurs des véhicules légers. Ce diplôme est complété par deux mentions spécifiques pour les véhicules à deux-roues (mention deux-roues) et les véhicules de transport de marchandises et de transport en commun de personnes (mention groupe lourd). Pour entrer en formation et passer les épreuves d'admission, les candidats doivent auparavant avoir réussi les épreuves d'admissibilité. Tous les Fongecif ne financent pas cette préparation à l'admissibilité.

A partir de 2016, le titre professionnel (TP) d’enseignant de la conduite et de la sécurité routière (niveau III) remplace le BEPECASER (niveau IV). Dans cette fiche, seules les formations se terminant au plus tard en 2015 sont analysées, le TP n'est donc pas concerné.

Figure 1 : Les 5 principaux intitulés de formation

 

Pour le BEPECASER, la formation dure environ 900 heures en moyenne et se décompose, d'une part, d'une préparation à l'admissibilité (optionnelle et de durée variable selon les centres de formation) et, d'autre part, d'une préparation à l'admission (au minimum de 630 heures, dont un stage pratique en école de conduite).

Les mentions deux-roues et groupe lourd viennent se rajouter à cette formation "initiale" et durent en moyenne 200 heures. La durée moyenne de la formation financée par le fongecif peut varier entre 740 et 1200 heures suivant les politiques de financement et le suivi ou non d'une mention.

Le taux de réussite est assez faible comparativement aux autres formations suivies en CIF (77 %, - 16 points par rapport à l'ensemble des formations). Mais, le taux de réussite à l'examen varie selon le niveau de diplôme des bénéficiaires et se distingue des formations non financées :

  • plus le niveau initial du bénéficiaire est élevé, plus le taux de réussite est important : il est de 87 % pour les personnes de niveau I à III contre 67 % pour le niveau V ;
  • le taux est plus élevé pour les bénéficiaires d'un CIF que pour l'ensemble des candidats au BEPECASER (66 %) en 2014 (Voir site de la sécurité routière).

 
Figure 2 : La durée des formations (en %)


Figure 3 : La réussite des formations (en %)

Les situations avant la formation

Près de 8 bénéficiaires sur 10 dans une démarche de reconversion

Le BEPECASER est un diplôme appartenant à la spécialité "Enseignement, formation" (figure 4). 19 % des bénéficiaires travaillaient déjà dans ce domaine avant d'entrer en formation. Ils souhaitent ainsi effectuer une transition interne. La plupart exerçaient déjà la profession de moniteur d'auto-école. Ce sont des personnes qui cherchaient à évoluer dans leur emploi et qui se sont orientées vers une formation complémentaire pour obtenir la mention deux-roues ou groupe lourd.

A l'inverse, 81 % des bénéficiaires de ces formations sont originaires d'un domaine d'emploi différent : ils ont effectué une transition externe. Parmi eux, un tiers proviennent du domaine "transport, manutention, magasinage" et exercent des emplois tels conducteurs routiers, conducteurs de transport en commun. On observe également des personnes provenant du commerce, du secrétariat, etc. 76 % cherchaient à changer de métier en s'engageant dans cette formation. Ils s'orientent 9 fois sur 10 vers le diplôme du BEPECASER simple, sans mention.

Figure 4 : Les 10 principaux domaines d'emploi des bénéficiaires avant la formation


Figure 5 : Les 10 principaux métiers exercés par les bénéficiaires avant la formation

Figure 6 : Le niveau d'études initiales (en %)

Un public de niveau IV et V

Pour s'inscrire au BEPECASER, il est nécessaire d'être titulaire du diplôme national du brevet (DNB) ou de satisfaire à une épreuve de contrôle de niveau.

Dans les faits, 45 % des bénéficiaires avaient un niveau IV (bac) avant d'entrer en formation (+ 15 points par rapport à l'ensemble des formations). Un tiers avaient un niveau V (CAP ou BEP). Seuls 5 % n'avaient pas de diplôme ou seulement le brevet.

 

Des formations peu féminisées

68 % des personnes ayant suivi la formation au BEPECASER sont des hommes. Mais ce taux varie selon les mentions visées :

  • les mention deux-roues et groupe lourd sont suivies par 77 % d'hommes ;
  • le BEPECASER simple, sans mention, est suivi par 66 % d'hommes.

Les bénéficiaires ont en moyenne 34 ans et 14 ans de vie active au début de leur formation.

Les parcours après la formation

01. LES SITUATIONS UN AN APRES LA FORMATION DE L'ENSEMBLE DES BENEFICIAIRES

Un taux d'emploi élevé : Plus de 8 personnes sur 10 sont en poste

Un an après la fin de la formation, 84 % des bénéficiaires de ce domaine de formation sont en poste. Ils étaient 79 % dans ce cas avant la formation. Parmi les personnes qui ne sont en pas en poste, 50 % sont à la recherche d'un emploi, 13 % sont de retour en formation et 14 % sont en cours de création d'entreprise.

Un an après la formation, 64 % des bénéficiaires sont en CDI (+ 12 points par rapport à l'ensemble des formations) et 12 % sont en CDD. Ces taux varient selon la situation professionnelle observée avant la formation.

Figure 7 : Evolution contractuelle des
personnes ayant bénéficié d'un CIF CDI (en %)

Figure 8 : Evolution contractuelle des
personnes ayant bénéficié d'un CIF CDD (en %)

 

02. LA REALISATION DES TRANSITIONS UN AN APRES LA FORMATION

Fort taux de CDI après la réalisation de la transition

Un an après la fin de leur formation, 50 % des bénéficiaires d'une formation dans le domaine de la conduite ont réalisé leur transition professionnelle : ils occupent un nouvel emploi en lien avec leur formation (figure 9).

La réalisation des transitions un an après la formation varie selon la certification visée et le niveau de diplôme du bénéficiaire :

  • le taux de réalisation est plus élevé pour la mention poids lourd (64 %) que pour la mention deux roues (47 %) et le BEPECASER "simple" (49 %) ;
  • les personnes qui possédaient déjà un diplôme de niveau IV ou plus avant l'entrée en formation réussissent mieux leur transition que les personnes de niveau V ou non diplômées : cette différence est principalement due à un échec plus important à l'examen pour ces dernières.

Parmi les personnes ayant réalisé leur transition, 72 % sont en CDI dans leur nouveau poste (+ 19 points par rapport à l'ensemble des bénéficiaires d’une formation) et 15 % sont en CDD (figure 10).

Un quart des bénéficiaire est toujours en cours de transition et également un quart a abandonné le parcours de transition (+ 8 points par rapport à l'ensemble des bénéficiaires d'une formation). Ce taux d'abandon est plus élevé pour les personnes issues du domaine que pour les personnes travaillant initialement dans un autre domaine.

Figure 9 : La réalisation de la transition (en %)

Figure 10 : TRANSITION REALISEE - Les nouveaux contrats (en %)

 

03. LES EVOLUTIONS DE POSTE UN AN APRES LA FORMATION

Les bénéficiaires en transition interne changent deux fois moins souvent d'entreprise

Globalement, comme pour l'ensemble des formations, 71 % des bénéficiaires d'une formation dans ce domaine ont changé de poste, soit par un changement d'entreprise (60 %), soit au sein de leur entreprise (11 %). Comme pour l'ensemble des bénéficiaires, 29 % déclarent avoir repris leur ancien poste.

Figure 11 : Les changements d'entreprise et de poste
selon le type de transition (en %)

Les bénéficiaires en transition interne (qui pour la plupart étaient déjà moniteurs de conduite) changent moins souvent d'entreprise que les bénéficiaires en transition externe (49 % contre 66 %). Ils ont tendance à plus souvent reprendre leur ancien poste (32 %) ou à changer de poste au sein de leur entreprise (19 %), en passant de moniteur auto à moniteur moto par exemple.

 

Changer de poste : des évolutions favorables sur la plupart des aspects du poste

92 % des personnes qui ont changé de poste après leur formation observent une, voire plusieurs, évolutions favorables dans leur travail. Pour ces salariés, les améliorations sont particulièrement marquées sur quatre aspects : les responsabilités (75 % les trouvent plus satisfaisantes, + 9 points par rapport à l'ensemble des bénéficiaires d'un CIF), l'intérêt du travail (86 %, + 7 points), la reconnaissance des compétences (77 %, + 5 points),et le temps de travail (54 %, + 4 points) (figure 12).

Parmi ces nouveaux postes occupés, 94 % sont en lien avec la formation suivie.

Figure 12 : NOUVEAU POSTE
Les améliorations constatées (en %)

Reprendre son ancien poste : une situation durable pour un bénéficiaire sur deux

29 % des bénéficiaires sont de retour dans leur poste initial un an après la fin de leur formation. Parmi eux, pour une personne sur deux, ce retour semble durable puisque 52 % ne cherchent pas à changer de situation, soit 19 points de plus que pour l'ensemble des formations. A l'inverse, 38 % sont à la recherche d'un autre emploi (figure 13).

56 % des personnes de retour dans leur ancien poste n'ont constaté aucune amélioration de leur poste site à leur formation.

Figure 13 : RETOUR AU POSTE INITIAL
La situation actuelle (en %)


Figure 14 : RETOUR AU POSTE INITIAL
Les améliorations constatées (en %)

En savoir plus

TEMOIGNAGES

A lire

Gérante d’hôtel, elle devient enseignante de la conduite auto-moto

LIENS UTILES

Les métiers de l'éducation routière
La formation dans la Branche des Services de l'Automobile

 

Fiche Enseignement de la conduite (Niveau IV)
Validée le : 06/04/2017