Atlas Halieutique
Animation culturelle, sportive et de loisirs
(Niveau IV)
Ils souhaitent devenir éducateurs sportif, animateurs social, ...
Les formations
Les situations avant la formation
Les parcours après la formation
 

    LES SITUATIONS AVANT LA FORMATION

    • Principalement des Brevets professionnels de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport
    • 9 bénéficiaires sur 10 sont dans une démarche de reconversion
    • Un public plutôt jeune et mixte
    • Peu de montée en qualification

    LES PARCOURS APRÈS LA FORMATION

    • 51 % des personnes réalisent leur transition professionnelle
    • 40 % de CDI pour les personnes ayant réalisé leur transition
    • 22 % de création d'entreprise pour les personnes ayant réalisé leur transition
    • 75 % ont changé de poste après la formation
    • Changement de poste après la formation : amélioration généralisée des conditions de travail
    • Reprendre son poste initial : une situation temporaire pour 2 personne sur 5

    BPJEPS "Activités gymniques de la forme et de la force"

    • 3 % des bénéficiaires viennent du domaine "Animation culturelle, sportive et de loisirs" : ils sont "Moniteurs et éducateurs sportifs", ...
    • 97 % des salariés viennent d'un autre domaine : ils sont "Vendeurs en habillement et articles de sport", "Agents de sécurité et de surveillance", ...
    • 60 % des personnes réalisent leur transition un an après la fin de la formation
    • 40 % des personnes ayant réalisé leur transition sont en CDI
    • 22 % des personnes ayant réalisé leur transition ont créé leur entreprise
    • 19 % des personnes sont de retour dans leur poste initial


    La population du domaine de formation

      Dans cette fiche domaine, nous disposons d'informations sur :

    1. Le profil des bénéficiaires sortis de ce domaine de formation entre juin 2013 et décembre 2015. Ce sont des personnes qui ont été financées au titre d'un CIF CDI, d'un CIF CDD ou d'une formation hors temps de travail (FHTT).

    2. Le parcours des bénéficiaires sortis de ce domaine de formation entre juin 2013 et décembre 2015 : ces données sont enrichies progressivement, au fur et à mesure des retours de l'enquête administrée par l'OTP (un an après la fin de la formation). Ont été interrogés, les salariés ayant indiqué une adresse mail dans leur dossier (voir le questionnaire).

Les formations

92 % des bénéficiaires d'un CIF dans le domaine "Animation culturelle, sportive et de loisirs" (niveau IV) ont suivi un BPJEPS

Entre juin 2013 et décembre 2015, 833 personnes ont terminé une formation de niveau IV (niveau bac) dans le domaine "Animation culturelle, sportive et de loisirs".

Dans ce domaine, on compte une quarantaine de formations différentes.
Mais 94 % des formations correspondent à des Brevets professionnels de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS). Ce diplôme atteste de la possession des compétences professionnelles indispensables à l’exercice du métier d’animateur, de moniteur, d’éducateur sportif. Ce brevet comporte 25 spécialités sportive ou socioculturelle. 20 de ces 25 spécialités ont fait l'objet de formations financées au titre du CIF.
Les 5 principales spécialités du BPJEPS (figure 1) concentrent 67 % des bénéficiaires d'une formation dans le domaine "Animation culturelle, sportive et de loisirs".

En dehors du BPJEPS, dans ce domaine, on trouve également des Brevets d’État d’Éducateur Sportif du 1er degré (BEES). Ce diplôme est nécessaire pour exercer une activité d’enseignement, d’encadrement ou d’expertise dans une discipline sportive.

Figure 1 : Les 5 principaux intitulés de formation

 

Dans ce domaine, les formations durent en moyenne 1200 heures. La durée moyenne en centre de formation est de 640 heures. Elle varie selon les spécialités. Elle est plus longue pour la spécialité "Activités gymniques de la forme et de la force" (en moyenne 700 heures).
Dans le domaine, la durée moyenne d'un stage est de 560 heures. Ces stages sont plus long pour les BPJEPS spécialité "Loisirs tout public" et "Activités équestres".

94 % des salariés qui ont suivi une formation dans ce domaine ont obtenu le titre demandé. Ce taux est plus faible pour les bénéficiaires d'un BPJEPS spécialité "Animation sociale" (79 %) ou "Animation culturelle" (48 %).
3 % des salariés n'ont pas réussi l'examen.

 
Figure 2 : La durée des formations (en %)


Figure 3 : La réussite des formations (en %)

Les situations avant la formation

9 bénéficiaires sur 10 souhaitent se reconvertir

8 % de bénéficiaires d'une formation dans le domaine "Animation culturelle, sportive et de loisirs" de niveau IV travaillaient déjà dans le même domaine (figure 4). Ils souhaitent ainsi effectuer une transition interne. Ces salariés étaient essentiellement moniteurs/éducateurs sportifs ou animateurs socioculturels et de loisirs. 6 sur 10 étaient en CDD et 63 % souhaitaient évoluer dans leur emploi.
Tous s'orientent vers un BPJEPS, dont un quart d'entre vers la spécialité "Activités aquatiques et de la natation".

A l'inverse, 92 % des bénéficiaires d'une formation travaillaient dans un domaine différent. Ils souhaitent effectuer une transition externe. 26 % viennent du domaine "Commerce, vente" et " 13 % du domaine "Transport, manutention, magasinage". 9 % étaient vendeurs dans le domaine du sport. Quand on questionne leur motivation à entreprendre une formation, 71 % indiquent qu'ils souhaitent changer de métier. Ces bénéficiaires en transition externe se positionnent plus souvent vers le BPJEPS spécialité "Activités gymniques de la forme et de la force" (37 %).

Figure 4 : Les 10 principaux domaines d'emploi des bénéficiaires avant la formation


Figure 5 : Les 10 principaux métiers exercés par les bénéficiaires avant la formation

Figure 6 : Le niveau d'études initiales (en %)

Un public qui ne cherche pas forcément à monter en qualification

L’entrée en BPJEPS n’est pas soumise à des exigences scolaires. En revanche, l’entrée en cursus de formation est conditionnée par la réussite à des tests de sélection organisés par chaque organisme de formation. Pour pouvoir se présenter aux épreuves de sélection qui permettent d’intégrer un cursus de formation, les candidats doivent satisfaire à des exigences préalables techniques fixées pour chaque spécialité et qui concernent généralement le niveau de pratique sportive.

Dans les faits, trois personnes sur dix qui ont suivi une formation de niveau IV dans le domaine "Animation culturelle, sportive et de loisirs" avaient un diplôme de niveau V avant d'entrer en formation. Seul 5 % ne possédaient pas de diplôme. Plus d'un salarié sur trois possédaient déjà un niveau bac.

 

Des formations mixtes

Les formations dans ce domaine sont suivies par 35 % de femmes et 65 % d'hommes. Certains BPJEPS sont plus féminisés : spécialités "Activités équestres" (86 % de femmes), "Animation sociale" (93 %) et "Loisirs tout publics" (63 %). A l'inverses, les spécialités "Activités physiques pour tous" et "Activités nautiques" sont majoritairement suivies par des hommes (90 % environ).
Les bénéficiaires de ces formations sont plutôt jeunes. Ils ont en moyenne 33 ans et 12 ans de vie active au début de leur formation.

Les parcours après la formation

01. LES SITUATIONS UN AN APRES LA FORMATION DE L'ENSEMBLE DES BENEFICIAIRES

Elevation du taux d'emploi après la formation : plus de 8 personnes sur 10 sont en poste

Un an après la fin de la formation, 84 % des bénéficiaires de ce domaine de formation sont en poste. Ils étaient seulement 62 % dans ce cas avant la formation. Parmi les personnes qui ne sont en pas en poste, 45 % sont à la recherche d'un emploi et 21 % sont en cours de création de leur entreprise.

Un an après la formation, seuls 42 % des bénéficiaires sont en CDI. C'est 10 points de moins que pour l'ensemble des formations. 24 % sont en CDD. Ces taux varient selon la situation professionnelle observée avant la formation.

Figure 7 : Evolution contractuelle des
personnes ayant bénéficié d'un CIF CDI (en %)

Figure 8 : Evolution contractuelle des
personnes ayant bénéficié d'un CIF CDD (en %)

 

02. LA REALISATION DES TRANSITIONS UN AN APRES LA FORMATION

Fort taux de création d'entreprise pour les personnes ayant réalisé leur transition

Un an après la fin de leur formation, 51 % des bénéficiaires d'une formation de niveau IV dans le domaine "Animation culturelle, sportive et de loisirs" ont réalisé leur transition professionnelle : ils occupent un nouvel emploi en lien avec leur formation (figure 9).

Le taux de réalisation des transitions varie selon la formation suivie, le domaine de l'emploi d'origine et le niveau initial :

  • le taux de réalisation est plus élevé pour les BPJEPS spécialités "Activités aquatiques et de la natation" (79 %), "Loisirs tout publics" (56 %), "Activités gymniques de la forme et de la force" (56 %), que pour les spécialités "Activités équestres" (40 %) ou "Activités nautiques" (43 %);
  • les personnes qui travaillaient déjà dans le domaine ont également plus souvent réalisé leur transition (63 %) que celles issues d'un domaine d'emploi différent (48 %) ;
  • les personnes qui possédaient déjà un diplôme de niveau IV avant l'entrée en formation réussissent mieux leur transition (56 %) que les personnes de niveau V ou non diplômées (43 %).

Parmi les personnes ayant réalisé leur transition, 22 % ont créé leur entreprise (+ 12 points par rapport à l'ensemble des formations). Ainsi, seules 40 % sont en CDI dans leur nouveau poste (- 13 points par rapport à l'ensemble des bénéficiaires d’une formation) et 30 % sont en CDD ou en contrat intérim (figure 10). Elles occupent des postes tels que "Animateur ou éducateur sportif", "Maître-nageur sauveteur" ou "Animateur social" etc.

En parallèle, 34 % des personnes poursuivent leurs démarches et sont toujours en cours de transition.
15 % ont abandonné leur projet de transition.

Figure 9 : La réalisation de la transition (en %)

Figure 10 : TRANSITION REALISEE - Les nouveaux contrats (en %)

 

Focus sur les créations d'entreprise

Le domaine "Animation culturelle, sportive et de loisirs" concentre un grand nombre de personnes avec un projet de création d'entreprise. Parmi les bénéficiaires d'un CIF dans ce domaine, 25 % ont un projet de création d'entreprise abouti ou en cours (contre 13 % pour l'ensemble des CIF).

Les créations d'entreprise sont plus fréquentes chez les bénéficiaires d'un BPJEPS spécialité "Activités gymniques de la forme et de la force" ou "Activités aquatiques et de la natation". Les bénéficiaires deviennent alors coach ou éducateur sportif, moniteur d'équitation, ...

03. LES EVOLUTIONS DE POSTE UN AN APRES LA FORMATION

Un changement d'entreprise fréquent

Globalement, 75 % des bénéficiaires d'une formation dans ce domaine ont changé de poste après leur formation, soit par un changement d'entreprise (67 %, + 9 points par rapport à l'ensemble), soit au sein de leur entreprise (8 %).
25 % déclarent avoir repris leur ancien poste.

Figure 11 : Les changements d'entreprise et de poste
selon le type de transition (en %)

 

Amélioration généralisée des conditions de travail dans le nouveau poste

93 % des personnes qui ont changé de poste après leur formation observent une évolution favorable d'un, voire plusieurs, composants de leur poste. Les améliorations sont marquées sur l'ensemble des conditions testées, mais particulièrement sur l'intérêt du travail (84 %, + 5 points par rapport à la moyenne de l'ensemble des bénéficiaires d'un CIF), sur le temps de travail (55 %, + 5 points) et sur la reconnaissance des compétences (74 %, + 2 points).

Parmi ces nouveaux postes occupés, 95 % sont en lien avec la formation suivie.

Figure 12 : NOUVEAU POSTE
Les améliorations constatées (en %)

Reprendre son poste initial : une situation "définitive" pour près de 1 personne sur 2

25 % des bénéficiaires sont de retour dans leur poste initial un an après la fin de leur formation. Parmi eux, 37 % des personnes dans ce cas sont actuellement à la recherche d'un autre emploi (contre 55 % pour l'ensemble des formations) et 22 % sont en cours de création de leur entreprise (contre 12 % pour l'ensemble). Pour 41 % d'entre eux ce retour au poste initial semble définitif puisqu'ils ne cherchent pas à changer de situation (figure 13). C'est 12 points de plus que pour l'ensemble des bénéficiaires.

Parmi ces personnes, ayant repris leur ancien poste, 59 % n'ont constaté aucune amélioration de leur poste suite à leur formation.

Figure 13 : RETOUR AU POSTE INITIAL
La situation actuelle (en %)


Figure 14 : RETOUR AU POSTE INITIAL
Les améliorations constatées (en %)

En savoir plus

TEMOIGNAGES

A lire

Aide-soignante, elle devient animatrice auprès de personnes âgées

LIENS UTILES

 

Fiche Animation culturelle, sportive et de loisirs (Niveau IV)
Validée le : 11/04/2017