Atlas Halieutique
Travail du bois et de l'ameublement
(Niveau V)
Ils ont suivi une formation de charpentier, menuisier, ébéniste, ...
Les formations
Les situations avant la formation
Les parcours après la formation
 

    LES SITUATIONS AVANT LA FORMATION

    • Principalement des TP et des CAP
    • 9 bénéficiaires sur 10 sont dans une démarche de reconversion
    • Un public masculin de niveau varié

    LES PARCOURS APRÈS LA FORMATION

    • 49 % des personnes réalisent leur transition professionnelle
    • 32 % de CDI pour les personnes ayant réalisé leur transition
    • Peu de retour au poste initial
    • Faible amélioration des conditions de travail


    La population du domaine de formation

      Dans cette fiche domaine, nous disposons d'informations sur :

    1. Le profil des bénéficiaires sortis de ce domaine de formation entre juin 2013 et décembre 2016. Ce sont des personnes qui ont été financées au titre d'un CIF CDI, d'un CIF CDD ou d'une formation hors temps de travail (FHTT).

    2. Le parcours des bénéficiaires sortis de ce domaine de formation entre juin 2013 et décembre 2016 : ces données sont enrichies progressivement, au fur et à mesure des retours de l'enquête administrée par l'OTP (un an après la fin de la formation). Ont été interrogés, les salariés ayant indiqué une adresse mail dans leur dossier (voir le questionnaire).

Les formations

Des CAP et des TP en charpente, menuiserie ou ébénisterie

Entre juin 2013 et décembre 2015, 477 personnes terminaient une formation de niveau V dans le domaine "Travail du bois et de l'ameublement".
Les 5 principaux intitulés de diplômes représentent 58 % de l'ensemble des bénéficiaires du domaine (Figure 1). Environ cinquante formations différentes sont représentées dans ce domaine. 44 % sont des Titres professionnels (TP) et 46 % des CAP. Dans ce domaine, les formations concernent les spécialités de la menuiserie, de la charpente et de l'ébénisterie.

Figure 1 : Les 5 principaux intitulés de formation

 

Dans ce domaine, les formations durent en moyenne 1000 heures. La durée moyenne des CAP est un peu plus longue que celle des TP.
La durée moyenne des stages professionnels est de 230 heures : 340 heures en moyenne pour les CAP contre 150 heures pour les TP.

Quel que soit le diplôme, 95 % des salariés qui ont suivi une formation dans ce domaine ont obtenu le titre demandé.

 
Figure 2 : La durée des formations (en %)


Figure 3 : La réussite des formations (en %)

Les situations avant la formation

Des formations pour se reconvertir

8 % des salariés qui ont choisi de se former dans le domaine "Travail du bois et de l'ameublement" étaient déjà en poste dans le même domaine (comme "Ouvriers qualifiés de scierie" ou "Ouvriers de la menuiserie industrielle et de l'ameublement" par exemple). Ils ont donc effectué une transition interne (figure 4). Seulement 33 % d'entre eux étaient en CDI avant d'entrer en formation. Un sur cinq s'est orienté vers le TP Menuisier d'agencement et aucun d'entre eux ne s'est tourné vers une formation en ébénisterie.

A l'inverse, 92 % des bénéficiaires de ces formations sont originaires d'un domaine d'emploi différent : ils ont effectué une transition externe et sont donc dans une démarche de reconversion professionnelle. Ces personnes proviennent des domaines "Commerce, vente" ou "Transport, manutention, magasinage", ... Quand on questionne les bénéficiaires sur leur motivation à entreprendre une formation, 80 % répondent qu'ils souhaitaient changer de métier.

Figure 4 : Les 10 principaux domaines d'emploi des bénéficiaires avant la formation


Figure 5 : Les 10 principaux métiers exercés par les bénéficiaires avant la formation

Figure 6 : Le niveau d'études initiales (en %)

Un public qui ne cherche pas à monter en qualification

Les formations de niveau V dans le domaine "Travail du bois et de l'ameublement" permettent une élévation du niveau de qualification pour 8 % de ces bénéficiaires.

Seuls 29 % sont déjà titulaires d'un diplôme CAP/BEP (ou équivalents) alors que 31 % ont une qualification de niveau IV et 32 % ont un niveau supérieur au bac. Ces derniers s'orientent plus souvent vers un CAP.

 

Les formations dans ce domaine sont suivies par 86 % d'hommes.
Les femmes s'orientent plus souvent vers le CAP Ebéniste (35 % des bénéficiaires) ou le TP Menuisier d'agencement (14 %). A l'inverse, le CAP Charpentier est moins féminisé.

Dans l'ensemble, les bénéficiaires ont en moyenne 35 ans et 14 ans de vie active au début de leur formation.

Les parcours après la formation

01. LA REALISATION DES TRANSITIONS UN AN APRES LA FORMATION

Réalisation de la transition élevée mais fort taux de CDD

Un an après la fin de leur formation, 49 % des bénéficiaires d'une formation de niveau V dans le domaine "Travail du bois et de l'ameublement" ont réalisé leur transition professionnelle : ils occupent un nouvel emploi en lien avec leur formation (figure 9). C'est 2 points de plus que pour l'ensemble des bénéficiaires d'une formation.
Ils occupent par exemple des postes de type "Montage d'agencements", "Réalisation - installation d'ossatures bois", "Réalisation de menuiserie bois et tonnellerie" ...

La réalisation des transitions varie selon le domaine d'emploi d'origine et la certification visée :

  • les bénéficiaires travaillant déjà dans le domaine réalisent plus souvent leur transition que les bénéficiaires issus d'autres domaines (61 % contre 50 %). Ces derniers sont plus nombreux à abandonner leur projet et à reprendre leur poste initial.
  • le taux de réalisation est élevé pour le TP Charpentier bois (65 %), le TP Menuisier d'agencement (59 %) et le CAP Charpentier bois (56 %). En revanche, il est plus faible pour le CAP Ebéniste (21 %) et le CAP Menuisier (25 %).

Parmi les personnes ayant réalisé leur transition, seules 32 % sont en CDI (contre 53 % pour l'ensemble des bénéficiaires), 43 % sont en CDD ou Intérim (35 % pour l'ensemble). 19 % des bénéficiaires ont créé leur entreprise, le plus souvent en tant que menuisier d'agencement. Le taux de CDI est plus élevé parmi les bénéficiaires du TP Menuisier d'agencement ou du TP Charpentier bois (46 % dans les deux cas).

En parallèle, 34 % des bénéficiaires sont toujours en cours de transition et 17 % ont abandonné leur projet de transition.

Figure 7 : La réalisation de la transition (en %)

Figure 8 : TRANSITION REALISEE - Les nouveaux contrats (en %)

 

02. LES EVOLUTIONS DE POSTE UN AN APRES LA FORMATION

Seul un quart des bénéficiaires reprennent leur poste initial

Globalement, comme pour l'ensemble des bénéficiaires d'une formation, 76 % des bénéficiaires d'une formation dans ce domaine ont changé de poste après leur formation, soit par un changement d'entreprise (71 %), soit au sein de leur entreprise (5 %). 24 % déclarent avoir repris leur ancien poste.

Figure 9 : Les changements d'entreprise et de poste
selon le type de transition (en %)

Le retour au poste initial est un peu plus élevé pour les salariés en transition externe (25 %). Il est de seulement 6 % pour les salariés en transition interne.

 

Une amélioration du temps de travail et du salaire

Parmi les personnes qui ont changé de poste après leur formation, 90 % observent une évolution favorable d'un, voire plusieurs, composants de leur poste. Seul le temps de travail et l'amélioration de l'intérêt du travail semble marqués. Les autres composants du poste (salaire, responsabilités, reconnaissance des compétences) sont moins marqués que pour l'ensemble des formations.

Parmi ces nouveaux postes occupés, 86 % sont en lien avec la formation suivie.

Figure 10 : NOUVEAU POSTE
Les améliorations constatées (en %)

Reprendre son poste initial : une situation temporaire pour seulement 1 personne sur 3

24 % des bénéficiaires sont de retour dans leur poste initial un an après la fin de leur formation. Parmi eux, 45 % sont actuellement à la recherche d'un autre emploi et 22 % sont en cours de création de leur entreprise. En revanche, pour les 33 % restants, ce retour au poste d'origine, semble durable puisqu'ils ne cherchent pas à changer de situation (figure 13).

Il s'avère que 73 % des personnes dans ce cas n'ont constaté aucune amélioration de leur poste suite à leur formation.

Figure 11 : RETOUR AU POSTE INITIAL
La situation actuelle (en %)


Figure 12 : RETOUR AU POSTE INITIAL
Les améliorations constatées (en %)

En savoir plus

TEMOIGNAGES

A lire

Ingénieur informaticien, il devient charpentier
Conducteur routier, il devient charpentier poseur

LIENS UTILES

L'observatoire des métiers du BTP
Les métiers de la forêt et du bois
 

Fiche Bois et Ameublement (Niveau V)
Validée le : 21/06/2017