Atlas Halieutique
Structures métalliques, Soudure, Carrosserie ...
(Niveau V et VI)
Ils souhaitent travailler les métaux ...
Les formations
Les situations avant la formation
Les parcours après la formation
 

    LES SITUATIONS AVANT LA FORMATION

    • Plus de la moitié des bénéficiaires se forment en soudure
    • 4 bénéficiaires sur 5 sont dans une démarche de reconversion
    • Pour les personnes issues du même domaine : volonté d'évolution dans l'emploi ou de sécurisation du poste
    • Un public masculin et de qualification diverse

    LES PARCOURS APRÈS LA FORMATION

    • 53 % des personnes réalisent leur transition professionnelle
    • 65 % de CDD ou d'intérim pour les personnes ayant réalisé leur transition
    • Fort taux de retour au poste pour les bénéficiaires issus du domaine
    • Amélioration du salaire et du temps de travail dans le nouveau poste


    La population du domaine de formation

      Dans cette fiche domaine, nous disposons d'informations sur :

    1. Le profil des bénéficiaires sortis de ce domaine de formation entre juin 2013 et décembre 2016. Ce sont des personnes qui ont été financées au titre d'un CIF CDI, d'un CIF CDD ou d'une formation hors temps de travail (FHTT).

    2. Le parcours des bénéficiaires sortis de ce domaine de formation entre juin 2013 et décembre 2016 : ces données sont enrichies progressivement, au fur et à mesure des retours de l'enquête administrée par l'OTP (un an après la fin de la formation). Ont été interrogés, les salariés ayant indiqué une adresse mail dans leur dossier (voir le questionnaire).

Les formations

Plus de la moitié des bénéficiaires suivent une formation en soudure

Entre juin 2013 et décembre 2016, 1662 personnes terminaient une formation de niveau V dans le domaine "Structures métalliques".
Les 5 principaux intitulés de diplômes représentent 52 % de l'ensemble des bénéficiaires du domaine (Figure 1). Une centaine de formations différentes sont représentées dans ce domaine. 67 % sont de niveau V et 33 % sont non diplômantes. Ces dernières correspondent principalement à des licences de soudage. Il en existe plusieurs types. Une licence donne le droit d'utiliser une technique particulière : semi-automatique, électrode enrobée, TIG, ... Il est possible de cumuler plusieurs licences.
Une formation de niveau V, le TP soudeur, se distingue de cet ensemble, en regroupant 21 % des bénéficiaires de ce domaine. Cette formation certifiante permet au bénéficiaire de réaliser des ouvrages et des ensembles métalliques en mettant en œuvre les trois procédés de soudage manuel que sont le semi-automatique, le TIG et l'électrode enrobée. Outre les formations en soudure, on observe également des formations en carrosserie (CAP ou TP), en serrurerie, en ferronnerie ou en chaudronnerie.

Figure 1 : Les 5 principaux intitulés de formation

 

Dans ce domaine, les formations durent en moyenne 700 heures. Le TP soudeur est une formation qui dure en moyenne 900 heures. Les licences de soudage sont plus courtes : en moyenne 600 heures.
La durée moyenne des stages professionnels est de 100 heures. Les licences de soudage ne comprennent pas de période de stages en entreprise.

97 % des salariés qui ont suivi une formation dans ce domaine ont obtenu le titre demandé (92 % pour le CQPM soudeur industriel).

 
Figure 2 : La durée des formations (en %)


Figure 3 : La réussite des formations (en %)

Les situations avant la formation

Pour les bénéficiaires issus du domaine (1 sur 5) : un souhait de sécurisation de l'emploi

27 % des salariés qui ont choisi de se former dans le domaine "Structures métalliques" étaient déjà en poste dans le même domaine (comme "Soudeurs qualifiés sur métaux", ou "Monteurs qualifiés d'ensembles mécaniques" par exemple). Ils ont donc effectué une transition interne (figure 4). 63 % d'entre eux étaient en CDD ou en intérim avant d'entrer en formation (contre 35 % pour les salariés issus d'un domaine différent). Ce sont ainsi des personnes qui souhaitent se former pour évoluer et sécuriser leur emploi.

A l'inverse, 73 % des bénéficiaires de ces formations sont originaires d'un domaine d'emploi différent : ils ont effectué une transition externe et sont donc dans une démarche de reconversion professionnelle. Ces personnes proviennent des domaines "Mécanique générale et de précision, usinage" ou "Transport, manutention, magasinage", ... Lorsque l'on questionne leur motivation à entreprendre une formation, 71 % répondent qu'ils souhaitaient changer de métier.

Qu'ils soient en transition interne ou externe, les bénéficiaires s'orientent vers le TP soudeur dans les mêmes proportions.

Figure 4 : Les 10 principaux domaines d'emploi des bénéficiaires avant la formation


Figure 5 : Les 10 principaux métiers exercés par les bénéficiaires avant la formation

Figure 6 : Le niveau d'études initiales (en %)

Un public de qualification variée

La moitié des bénéficiaires d'une formation de niveau V ou non diplômante dans le domaine "Structures métalliques" possède un diplôme de niveau V.
1 salarié sur 4 possède un niveau IV et près de 1 salarié sur 5 un niveau VI.

 

Des formations masculines

Les formations dans ce domaine sont majoritairement masculines, puisqu'elles sont suivies par 94 % d'hommes.
Mais, le taux de femmes monte à 24 % pour le TP monteur assembleur de structures aéronefs (35 % des femmes s'orientent vers ce diplôme).

Dans l'ensemble, les bénéficiaires ont en moyenne 35 ans et 15 ans de vie active au début de leur formation.

Les parcours après la formation

01. LA REALISATION DES TRANSITIONS UN AN APRES LA FORMATION

Taux de réalisation élevé mais des postes le plus souvent en intérim ou CDD

Un an après la fin de leur formation, 53 % des bénéficiaires d'une formation de niveau V ou non certifiante dans le domaine "Structures métalliques" ont réalisé leur transition professionnelle : ils occupent un nouvel emploi en lien avec leur formation (figure 9). C'est 3 points de plus que pour l'ensemble des bénéficiaires d'une formation.
Ils occupent par exemple des postes de soudeur, d'ajusteur-monteur ou encore de tuyauteur.

La réalisation des transitions un an après la formation varie selon le domaine d'emploi d'origine et la certification visée :

  • les bénéficiaires travaillant déjà dans le domaine réalisent ainsi plus souvent leur transition que les bénéficiaires issus d'autres domaines (57 % contre 53 %).
  • le taux de réalisation est plus élevé pour les bénéficiaires d'un TP soudeur (58 %) ou monteur assembleur de structures aéronefs (65 %) (formations de niveau V) que pour les formations de niveau VI (50 %).

Parmi les personnes ayant réalisé leur transition, seules 28 % sont en CDI (contre 53 % pour l'ensemble des bénéficiaires), alors que 65 % sont en CDD ou Intérim (33 % pour l'ensemble). La précarité des emplois dans ce domaine semble forte.

En parallèle, 29 % des bénéficiaires sont toujours en cours de transition et 18 % ont abandonné leur projet de transition.

Figure 7 : La réalisation de la transition (en %)

Figure 8 : TRANSITION REALISEE - Les nouveaux contrats (en %)

 

02. LES EVOLUTIONS DE POSTE UN AN APRES LA FORMATION

Un tiers des bénéficiaires reprennent leur poste initial

Un an après la fin de la formation, 83 % des bénéficiaires de ce domaine de formation sont en poste. Ils étaient seulement 58 % dans ce cas avant la formation. Parmi les personnes qui ne sont en pas en poste, 63 % sont à la recherche d'un emploi et 10 % sont de retour en formation.

Globalement, 76 % des bénéficiaires d'une formation dans ce domaine ont changé de poste après leur formation, soit par un changement d'entreprise (68 %), soit au sein de leur entreprise (8 %). 24 % déclarent avoir repris leur ancien poste.

Figure 9 : Les changements d'entreprise et de poste
selon le type de transition (en %)

 

Une amélioration du salaire

Parmi les personnes qui ont changé de poste après leur formation, 86 % observent une évolution favorable d'un, voire plusieurs, composants de leur poste. Les bénéficiaires observent généralement une évolution favorable de leur salaire (55 %, + 5 points par rapport à l'ensemble des bénéficiaires d'une formation). Les autres aspects (intérêt du travail, responsabilités, reconnaissance des compétences et temps de travail) se sont moins améliorés que pour l'ensemble des domaines.

Parmi ces nouveaux postes occupés, 87 % sont en lien avec la formation suivie.

Figure 10 : NOUVEAU POSTE
Les améliorations constatées (en %)

Reprendre son poste initial : une situation temporaire pour 7 personnes sur 10

24 % des bénéficiaires sont de retour dans leur poste initial un an après la fin de leur formation. Parmi eux, 44 % sont actuellement à la recherche d'un autre emploi et 14 % sont en cours de création de leur entreprise. En revanche, pour les 42 % restants, ce retour au poste d'origine, semble durable puisqu'ils ne cherchent pas à changer de situation (figure 13).

Il s'avère que 48 % des personnes dans ce cas ont constaté au moins une amélioration de leur poste suite à leur formation.

Figure 11 : RETOUR AU POSTE INITIAL
La situation actuelle (en %)


Figure 12 : RETOUR AU POSTE INITIAL
Les améliorations constatées (en %)

En savoir plus

TEMOIGNAGES

LIENS UTILES

Union des industries et des métiers de la métallurgie
L'observatoire de la métallurgie
 

Fiche Structures métalliques, soudure (Niveau V et VI)
Validée le : 17/04/2018