Atlas Halieutique
Les transitions
en Auvergne
Les situations avant la formation
La formation
Les parcours après la formation
 

    LES SITUATIONS AVANT LA FORMATION

    • Les bénéficiaires sont principalement issus des domaines d'emploi "Commerce, vente" et "Transport, manutention, magasinage"
    • Les deux principaux domaines de formation regroupent 20 % des bénéficiaires
    • Les formations sont plus fréquentes dans les domaines "Transport, manutention, magasinage" (niveau VI) et "Travail social" (niveau V)
    • 80 % des bénéficiaires étaient en CDI avant d'entrer en formation
    • Transition externe pour 84 % des bénéficiaires d'un CIF

    LES PARCOURS APRÈS LA FORMATION

    • Près d'1 salarié sur 2 a réalisé sa transition
    • Plus de 2 salariés sur 5 sont en cours de transition
    • Plus de 8 bénéficiaires sur 10 sont en poste
    • Près de 7 personnes sur 10 ont changé de poste
    • 93 % des personnes qui ont changé de poste après la formation ont observé une évolution favorable d'au moins un composant de leur poste
    • 59 % des personnes qui ont repris leur ancien poste sont à la recherche d'un autre emploi
    • Une sécurisation professionnelle pour 44 % des "CIF CDD"

    Au 1er février 2017, on dispose d'informations sur :
    1. Le profil des bénéficiaires sortis de formation dans cette région en 2015. Ce sont des personnes qui ont été financées au titre d'un CIF CDI, d'un CIF CDD ou d'une formation hors temps de travail (FHTT).
    2. Le parcours des bénéficiaires sortis de formation dans cette région en 2015 : ces données proviennent d'une enquête réalisée par l'OTP, au fil de l'eau, mois par mois, un an après la fin de la formation (voir le questionnaire). Ont été interrogés, les salariés ayant indiqué une adresse mail dans leur dossier.

Les situations avant la formation


En Auvergne, 617 salariés ont terminé leur formation en 2015.

Plus d’un bénéficiaire de CIF sur 4 provient du domaine "Commerce, vente"

Comme dans la majorité des régions, les bénéficiaires d’un CIF sont principalement issus de deux domaines d’emploi avant leur entrée en formation :
- 24 % proviennent du domaine "Commerce, vente" et exercent, par exemple, les métiers de "caissier(e) de magasin" ou "vendeur(se) non spécialisé(e)" ;
- 12 % proviennent du domaine "Transport, manutention, magasinage" dans lequel on retrouve le métier de "conducteur(trice) livreur(se)".

La région Auvergne se caractérise par une part importante de salariés issus des métiers du commerce comparée à la moyenne nationale (19 %). En moindre mesure, comme au niveau national, le domaine "Accueil, hôtellerie, tourisme" compte 7 % des bénéficiaires d’un CIF en région Auvergne et celui du "Secrétariat, bureautique", 6 %.

Les 10 métiers les plus exercés avant l'entrée en formation, concentrent 40 % des bénéficiaires d'un CIF en Auvergne (figure 4). De manière plus spécifique, 2% des bénéficiaires d'un CIF exerçaient la profession de "maçon qualifié".

Avant d'entrer en formation, 80 % des bénéficiaires étaient en CDI et 20 % terminaient un CDD (figure 3).

Figure 2 : Les 15 principaux domaines d'emploi occupés avant la formation (en %)



Figure 3 : Les contrats de travail avant la formation (en %)


Figure 4 : Les 10 principaux métiers exercés avant la formation

La formation

01. LE DOMAINE DE LA FORMATION

Les deux principaux domaines de formation : "Transport" et "Travail social"

En Auvergne, les domaines "Transport, manutention, magasinage" (niveau VI) et "Travail social" (niveau V) regroupent le plus grand nombre de bénéficiaires d'un CIF, soit près de 20 % des enquêtés.

De manière plus spécifique, les formations dans le domaine "Comptabilité, gestion" (niveau I à III) et "Agroalimentaire, cuisine" (niveau V) sont plus représentées qu’au niveau national (respectivement + 3 points et + 2 points). Ces domaines comprennent notamment les formations suivantes : BTS Assistant de Gestion PME PMI, BTS Comptabilité et Gestion des Organisations, CAP Cuisine et CAP Pâtissier.

Les formations de niveau V dans le domaine "Transport, manutention, magasinage" sont bien moins fréquentes que pour l’ensemble des régions (- 6 points). Dans une moindre mesure, on observe aussi cette différence pour les formations de niveau V dans le domaine "Santé".

66 % des formations suivies sont concentrées au sein de ces 20 principaux domaines de formation.

Figure 5 : Les 20 principaux domaines de formation suivis

02. LE CHOIX DE LA FORMATION

Un changement choisi pour la majorité des bénéficiaires

Dans l'enquête, les bénéficiaires ont été interrogés sur leur motivation à entreprendre une formation (figure 6, plusieurs réponses possibles). Comme au niveau national, les démarches offensives, c'est à dire volontaire de la part du bénéficiaire, sont les plus fréquentes. L'envie de changer de métier est la première motivation pour les salariés (68 %, + 5 points par rapport à l'ensemble). L'évolution dans l'emploi est une motivation moins fréquente en Auvergne que dans l'ensemble des régions (28 %, - 4 points).

Un changement parfois subi

En Auvergne, 32 % des salariés ont entamé une formation suite à des difficultés dans le poste occupé et/ou des problèmes de santé. Faire face à une situation difficile dans le poste actuel est une motivation à engager la formation un peu plus souvent citée que dans les autres régions (27 %, + 2 points).

Figure 6 : Les motivations à suivre une formation


Figure 7 : La transition souhaitée
(comparaison du domaine de l'emploi exercé
et du domaine de la formation choisie) (en %)

Plus de 8 salariés sur 10 souhaitent changer de domaine

En Auvergne, 84 % des bénéficiaires envisagent une transition dite "externe" par le biais de la formation suivie. Autrement dit, ils suivent une formation dans un autre domaine d'activité que celui du métier initial. A l'inverse, 16 % sont faites dans le même domaine d'activité que celui du métier initial.

  

03. LA REUSSITE DE LA FORMATION

Très forte réussite du diplôme

96 % des bénéficiaires ont obtenu le titre, le diplôme ou la certification délivré en fin de parcours. C'est 4 points de plus que dans l'ensemble des régions. Seuls 1 % ont abandonné la formation en cours de route. 3 % n'ont pas réussi l'examen final.

Figure 8 : La réussite de la formation (en %)

Les parcours après la formation

01. LA REALISATION DES TRANSITIONS UN AN APRES LA FORMATION


En Auvergne, 364 salariés, ayant terminé une formation en 2015, ont répondu à l'enquête (taux de réponse de 59 %).

Près d'une personne sur deux a réalisé sa transition

Un an après la fin de leur formation, 47 % des bénéficiaires d'une formation ont réalisé leur transition professionnelle : ils occupent un nouvel emploi en lien avec leur formation (figure 9).

52 % des personnes ayant réalisé leur transition sont en CDI

Selon les individus, les objectifs de la transition professionnelle peuvent être différents en matière de contrat de travail. Certains peuvent accepter des postes temporaires afin de se forger une expérience dans un nouveau domaine, d'autres, au contraire, ont pu entamer une formation pour sortir de la précarité professionnelle et obtenir un contrat stable.
En Auvergne, un an après la fin de leur formation, 56 % des bénéficiaires ayant réalisé leur transition sont en CDI dans leur nouveau poste. Parmi les autres bénéficiaires, 31 % ont signé un CDD et 10 % ont créé leur entreprise (figure 10).

Plus de deux salariés sur cinq sont en cours de transition

En Auvergne, lors de l'enquête, 41 % des salariés sont toujours en cours de transition. Ils sont plus nombreux qu'au niveau national (37 %). Ces personnes, quelle que soit leur situation sur le marché du travail (en poste ou non), n'ont pas perdu de vue leur objectif : elles sont à la recherche d'un emploi dans le domaine de la formation qu'elles ont suivie. A l'inverse, dans cette région, seules 12 % des personnes ont abandonné leur projet, pour des raisons personnelles ou professionnelles, contre 17 % au niveau national.

Figure 9 : La réalisation de la transition (en %)

Figure 10 : TRANSITION REALISEE : Les nouveaux contrats (en %)

 
Figure 11 : La réalisation de la transition pour les principaux domaines de formation

Focus sur les créations d'entreprise

Globalement, parmi l'ensemble des bénéficiaires d'un CIF, 12 % ont pu monter un projet de création d'entreprise grâce à la formation (projet soit abouti, soit toujours en cours). Parmi eux, 41 % ont réalisé leur transition.

02. LES SITUATIONS UN AN APRES LA FORMATION

82 % des bénéficiaires de formation sont en poste

En Auvergne, un an après la fin de la formation, 82 % des bénéficiaires de formation sont en poste. Les personnes qui ne sont pas en poste sont principalement en recherche d'emploi (57 %). 11 % sont de retour en formation et 10 % sont en train de créer leur entreprise.

Globalement, 68 % des bénéficiaires ont changé de poste après leur formation, soit par un changement d'entreprise (57 %), soit au sein de leur entreprise (11 %). Comme au niveau national, 32 % des bénéficiaires déclarent avoir repris leur ancien poste (figure 12).

Figure 12 : Les changements d'entreprise et de poste (en %)


Figure 13 : NOUVEAU POSTE
Le lien avec la formation (en %)

Nouveau poste : amélioration des conditions de travail

Dans 9 cas sur 10, le nouveau poste est en lien avec la formation suivie.
93 % des personnes qui ont changé de poste observent une, voire plusieurs améliorations dans leur travail.
En Auvergne, les améliorations dans le nouveau poste autant marquées qu'au niveau national sur :
- l'intérêt du travail (78 %)
- la reconnaissance des compétences (71 %)
- les responsabilités (64 %)
(figure 14, plusieurs réponses possibles).

  
Figure 14 : NOUVEAU POSTE
Les améliorations constatées (en %)

32 % des bénéficiaires sont de retour dans leur poste initial à la fin de leur formation.

Parmi les salariés qui ont repris leur poste initial, 59 % d'entre eux sont actuellement à la recherche d'un autre emploi. 16 % sont en cours de création d'entreprise. Ainsi, 75 % des personnes sont retournées de façon temporaire dans leur poste en attendant de concrétiser leur projet (figure 15).
Ainsi en Auvergne, le retour dans le poste d'origine semble moins durable qu'au niveau national, puisque seules 25 % des personnes dans cette situation ne cherchent pas à changer d'emploi, contre 33 % pour l'ensemble des régions.
Parmi ces personnes, ayant repris leur ancien poste, 60 % n'ont pas constaté d'amélioration.

Figure 15 : RETOUR AU POSTE INITIAL
La situation actuelle (en %)


Figure 16 : RETOUR AU POSTE INITIAL
Les améliorations constatées (en %)

03. LES EVOLUTIONS PAR RAPPORT A LA SITUATION INITIALE

Deux critères objectifs (comparaison possible avant et après la formation) ont été retenus pour mesurer l'impact de la formation sur la nouvelle activité des bénéficiaires :

- le niveau de qualification
- la situation contractuelle

  
Figure 17 : Variation du niveau de
qualification obtenu après la formation (en %)

Elévation du niveau de qualification pour près de quatre salariés sur dix

En Auvergne :
   - 36 % des bénéficiaires d'une formation ont pu accéder à un niveau de qualification supérieur à celui qu'ils possédaient,
   - 24 % des bénéficiaires se sont maintenus dans leur niveau initial,
   - 40 % des bénéficiaires ont visé une formation d'un niveau inférieur à leur niveau initial. Cette situation peut notamment être observée dans le cas des transitions externes (voir guide de lecture de la figure 7).
Ce choix de la variation ou non du niveau de qualification n'a pas d'impact sur la réussite de la transition, puisque le taux de réalisation de la transition est identique que le niveau visé soit inférieur ou supérieur (figure 18).

  
Figure 18 : Taux de réalisation de la transition selon
la variation du niveau de qualification obtenue après la formation

Une sécurisation professionnelle pour 44 % des "CIF CDD"

De la même façon, les objectifs de la formation peuvent être différents en matière de contrat de travail. Pour certains salariés, la démarche peut avoir comme objectif la sécurisation de leur parcours professionnel (recherche d'une embauche en CDI). Pour d'autres, le risque d'un passage par une situation contractuelle moins favorable est prévisible, notamment dans les démarches de reconversion.

Dans les faits, en Auvergne, le taux de personnes, qui étaient en recherche d'emploi ou en fin de CDD au début de leur formation, et qui ont vu leur situation professionnelle se sécuriser (embauche en CDI ou création d'entreprise) est élevé : 44 % des salariés sont dans ce cas, contre 31 % au niveau national. Les situations moins durables sont tout de même majoritaires puisque 37 % sont toujours en CDD ou intérim (- 4 points par rapport au niveau national) et 11 % sont sans emploi (- 6 points).

Parmi les personnes en CDI avant de la formation, 57 % le sont toujours. 15 % des salariés se retrouvent en CDD/intérim et 11 % sont sans emploi. La transition de ces personnes est peut-être toujours "en cours", cette situation serait donc temporaire.

Figure 19 : Evolution contractuelle des
personnes ayant bénéficié d'un CIF CDI (en %)

Figure 20 : Evolution contractuelle des
personnes ayant bénéficié d'un CIF CDD (en %)

  

En savoir plus

LIENS UTILES

Fongecif Auvergne
Carif Oref Auvergne

  

Fiche Auvergne - Rhône-Alpes (ex Auvergne)
Mise à jour : Février 2017